Une virgule peut tout faire basculer!

Article rédigé par Sylvie Plante, enseignante de français et coresponsable du dossier de la valorisation

calli_PascalSauvestre_Ponctuation_cut
Ponctuation

La ponctuation n’a pas toujours existé, ne vous en déplaise! Combien de signes de ponctuation pouvez-vous dénombrer? Il est intéressant de s’attarder à l’histoire de ce «petit monde», comme l’appelait Voltaire, en parlant de :  ,  . ( ) – ? ! … ;  ’  [ ] { }  « »   ʺ ˮ  < > / En aviez-vous oublié? : – ) En réalité, selon le Le Ramat de la typographie, il en existe encore plus…

Chaque signe a fait son entrée dans la langue à des moments différents. Par exemple, le point d’interrogation date du IXe siècle alors que les parenthèses et le point d’exclamation ont été répertoriés à la Renaissance.

L’apparition des signes de ponctuation est née d’un désir de clarifier de vieux manuscrits (sur papyrus ou sur parchemin) que l’Antiquité et le bas Moyen Âge voulaient préserver. L’introduction de ces signes a donc été faite graduellement selon les besoins des imprimeurs et des copistes. Les auteurs souvent n’avaient pas leur mot à dire! D’ailleurs une anecdote raconte que Rabelais, célèbre auteur de Gargantua et de Pentagruel, se serait querellé avec son éditeur, qui se permit de «reponctuer» ses textes!

À l’époque médiévale, les mots étaient enchainés presque sans espacement, ce qui n’aidait pas au décodage. De plus, la lecture se faisait à voix haute, facilitant la compréhension de l’écrit. La lecture silencieuse, pour soi et dans sa tête, est apparue tardivement dans l’histoire de la lecture. Aujourd’hui l’usage des signes de ponctuation s’est figé et ces petits codes sont maintenant indispensables.

Manuscrit
Manuscrit

Sauriez-vous expliquer les sens différents qui sont entrainés par le simple déplacement d’une virgule ou sa supression? Les exemples ci-dessous ont été tirés du Ramat de la typographie.

1-Vu que c’est un imbécile, comme vous je crois qu’il faudra sévir!

2-Vu que c’est un imbécile comme vous, je crois qu’il faudra sévir!

3-Le poète n’est pas mort, comme on l’a dit.

4-Le poète n’est pas mort comme on l’a dit.

5-Est-ce que tu entends Marie?

6-Est-ce que tu entends, Marie?

7-Selon l’adjointe à la directrice Ève Dubé, il faut agir.

8-Selon l’adjointe à la directrice, Ève Dubé, il faut agir.

9-Un homme entra, sur la tête un chapeau de paille, aux pieds des souliers vernis, à la main un vrai bouquet de fleurs.

10-Un homme entra sur la tête, un chapeau de paille aux pieds, des souliers vernis à la main : un vrai bouquet de fleurs.

11-Qu’est-ce qu’on mange, papa?

12-Qu’est-ce qu’on mange : papa?

 

Faites bien attention! Ponctuer peut être un art dangereux, surtout quand on a faim!

 

Commentaires finaux

1-La phrase 1 signifie que les deux locuteurs s’entendent sur le fait que la tierce personne est un imbécile : tous deux le pensent.

2-Dans le 2e exemple, c’est la personne à laquelle «je» s’adresse qui est un imbécile! On est donc toujours à une virgule près d’insulter quelqu’un!

3-Cette phrase signifie qu’une rumeur circule stipulant que le poète était mort mais, en réalité, il ne l’était pas.

4-Cet énoncé veut dire qu’une rumeur a fait valoir que le poète était mort d’une certaine façon (par exemple, dans son sommeil) alors qu’au fond il était décédé d’une autre manière…

5- Une personne demande à une autre si elle «ouït» Marie.

6-Un individu parle à Marie, qui est apostrophée.

7-Selon l’adjointe à la directrice Ève Dubé, il faut agir. (Ève Dubé est la directrice)

8-Selon l’adjointe à la directrice, Ève Dubé, il faut agir. (Ève Dubé est l’adjointe)

Les exemples des phrases 9 et 10 sont faciles à comprendre. Ce procédé de ponctuation est souvent employé par les écrivains pour faire jaillir des sens nouveaux! Voir Exercices de style de Raymond Queneau.

11-Des enfants affamés demandent à leur père ce qui est un menu.

12-Des enfants cannibales se demandent si c’est leur papa qui est au menu!

Références consultées pour rédiger cet article :

Une histoire de la lecture, A. MANGUEL. Actes sud, Arles, Babel, 2000, 427 pages.

L’art de la ponctuation, Le point, la virgule et autres signes fort utiles, O. HOUDARD et S. PRIOUL. Seuil, Points, coll. «Le goût des mots», Paris, 2006, 220 pages.

Le Ramat de la typographie, A. RAMAT et A.-M. BENOIT. 10e édition, 2012, 250 pages.

Bibliothèque nationale de France http://classes.bnf.fr/dossiecr/pe-parol.htm

Larousse en ligne http://www.larousse.fr/encyclopedie/images/Chevaliers_en_croisade/1310877

 

 

 

 

2 réflexions sur « Une virgule peut tout faire basculer! »

  1. Je suis content de ton dernier exemple. Pour illustrer l’importance de la virgule auprès de mes proches ou des ados, j’utilise toujours un équivalent :
    «Venez-vous manger, grand-mère?» vs «Venez-vous manger grand-mère?»
    Ça fonctionne 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci de contribuer au Français notre accent commun, Olivier! La ponctuation, et la virgule surtout, est d’une très grande importance. Les firmes d’avocats et de notaires le savent: ils engagent souvent des des réviseurs linguistiques pour relire leurs contrats. Parfois, une virgule peut littéralement couter des millions!

      Sylvie

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s